La rétractation tissulaire

Coach sportif à domicile

La rétractation tissulaire engendre une immobilité progressive de tous les tissus 

La rétractation tissulaire Qu’ils soient tendineux, aponévrotiques, musculaires, nerveux … les tissus s’agglutinent entre eux. Ils se collent et glissent moins, avec les années, les uns par apport aux autres. Le gras s’installe insidieusement principalement au niveau abdominal. Cette notion est fondamentale car, à partir du moment où les mouvements dits extrêmes ne sont plus pratiqués (torsions et inclinations latérales principalement) une progressive stagnation arrive. Ainsi elle autorise la venue des bourrelets au niveau de la taille. Sans compter que, par la suite, un dérèglement hormonal, lié à l’âge, se met en place. La combustion du tissu graisseux se fait donc de moins en moins bien. 

La rétractation tissulaire est donc inévitable :

La rétractation tissulaire Elle est relativement bien gérée avec des massages profonds et réguliers. Ceux-ci permettent aux noeuds formés (principalement après des accidents lorsque certains tissus ont été lésés) de se détendre. Les tissus retrouvent, par ce biais, leur orientation initiale. Des noeuds qui se forment au sein du tissu musculaire vont automatiquement en engendrer d’autres. En conséquence de quoi, d’années en années les couches successives musculaires s’agglutinent les unes et autres. Elles se déshydratent et se rigidifient. La seule solution reste la Balls Therapy. Le massage profond ainsi que les techniques de décoaptation améliorent fortement le glissement.

La rétractation tissulaire

La rétractation tissulaire n’est pas une fatalité :  

La rétractation tissulaire Ainsi, différentes douleurs voient le jour : dans les cervicales, des tensions au niveau de la nuque et des trapèzes, des crispations liées à la mastication avec des crampes au niveau des mâchoires (bruxisme) … Ces zones de tensions maximales bloquent le mouvement. Elles empêchent une amplitude articulaire correcte.
Afin de conserver au mieux cette « jeunesse tissulaire » des mouvements adaptés devront être réalisés.
C’est LA solution idéale pour retrouver une mobilité perdue.