L’antépulsion : un mouvement de base.

Antepulsion  L’antépulsion : un mouvement de base.

L’antépulsion est un mouvement de base pour détendre certains muscles du bassin. Pour autant, elle ne doit pas être confondue avec la « rétroversion ». En conséquence de quoi, ces deux placements restent complémentaires, utiles, nécessaires et donc à connaitre, pratiquer et maitriser.

L’antépulsion : indications

Cette posture permet d’étirer le plan antérieur, de trouver une bonne contraction dans les muscles fessiers, d’ouvrir les hanches, de positionner les articulations des membres inférieurs, d’étirer les fléchisseurs qui immobilisent parfois trop le bassin. Elle détend le corps et par là même, le mental. Il suffit juste d’être à la recherche d’une détente dans la posture. Le plan antérieur est étiré sans solliciter de cambrure lombaire excessive. Elle corrige une hyperlordose et une hypotonicité des ischios jambiers, entre autres.

L’antépulsion : description

Ce placement de base va se trouver dans la recherche des jambes légèrement écartées, hanches ouvertes et pieds tournés vers l’extérieur. Le coccyx est tiré vers le bas et le pubis est délicatement poussé vers l’avant. L’antépulsion doit être maintenue quelques secondes car elle structure le « tout ». Une respiration douce et détendue est requise afin que des muscles « parasites » aient le temps de s’annihiler. En effet, dans tous les placements qui ne sont pas conscientisés, des contractions surajoutées vont s’immiscer insidieusement, parasitant la pureté du placement choisi. Respirer, et prendre du temps pour cela, permet de concentrer son attention sur une réalisation quasi parfaite de la posture.

L’antépulsion : projection

Une fois que l’antépulsion, mouvement de base, est acquise, force est de constater qu’il n’y a qu’à l’amplifier pour étirer son corps, tout en sécurité. « Y aller progressivement » est nécessaire dans l’activité corporelle, afin de cerner ses limites. Il ne s’agit pas de « copier les autres », mais bien plus de s’écouter soi-même afin de trouver l’Harmonie. Ainsi, « antépulser » son bassin n’est qu’une première étape à l’apprentissage de la posture du pont, suprême posture dans la flexion arrière. Certes. Seulement le bas de corps sera « ouvert » et il ne manquera plus que l’ouverture du thorax et des épaules.
Mais ça … c’est une autre étape.
 

Un bassin souple et tonique