L’individualisme

De nos jours, l’apparence est devenue primordiale, ainsi que la lutte avec l’autre et la compétition. Tout cela passe avant l’intériorisation, le don de soi, l’échange. Désormais, tout n’est plus que consommation voire surconsommation. Et chacun se dit : « Mais quand les choses vont-elles changer ? Quand les gens prendront-ils conscience de leurs comportements absurdes, immatures, débiles même ? ». Force est de constater que ce genre de comportement crée l’individualisme.
– – – – – – – –
– – – – – – – –

L’individualisme est le mal de notre société

Entre vie privée et vie professionnelle, rester soi-même tout en s’affirmant sans écraser notre interlocuteur est une gageure. Pourquoi ? Parce qu’on ne fait pas société avec des individus à l’ego surdimentionné. Chacun se pense si unique qu’il en devient, à ses yeux, un être exceptionnel. Mais ce n’est qu’une illusion, un préjugé, une pensée magique.
– – – – – – – –
– – – – – – – –

L’individualisme crée des personnalités atrophiées

A trop vouloir se sentir unique, les personnes en deviennent toutes semblables. En conséquence de quoi, on ne prend soin que d’un seul individu : soi-même. Si j’ai trop chaud, j’ouvre la fenêtre ou si je pratique mon cours de gym, j’en mets plein la vue aux autres. En quoi ce comportement entretient-il de bons rapports sociaux ? En aucune façon. Mais certains peuvent davantage penser : en quoi me montrer indifférent aux autres et ne pas avoir de retenue me gêne et me dérange ? Il est évidement qu’avec ce mode de pensée … on tourne en rond.
– – – – – – – –
– – – – – – – –

L’individualisme se soigne

– Ainsi, rechercher une profonde exploration de soi et des autres est parfait pour éviter les crises.
– Le top : pratiquer le Nunchi qui est la faculté de décrypter l’autre en faisant le distinguo entre l’apparence et l’être. Pour autant, il ne doit pas se trouver dans une quelconque manipulation. Ainsi, le mieux est d’aller aux sources : la Corée. En effet, là-bas, en manquer c’est manquer de dignité car le nunchi est l’art de l’observation et de l’effacement de soi pour mettre les autres davantage à l’aise.
– Et pourquoi ne pas relire les écrivains et les philosophes des lumières ? Flaubert, Montaigne et ses essais, Zola, Pascal et ses pensées, La Rochefoucauld, Balzac, Stendhal. Entre autre.
– – – – – – – –
– – – – – – – –
individualisme
– – – – – – – –
– – – – – – – –

Le chocolat noir